10/01/2012

152 - AUTOMÉDICATION POUR LES OISEAUX EXOTIQUES

 

AUTOMÉDICATION POUR LES OISEAUX EXOTIQUES - PREMIÈRE PARTIE
Texte original écrit par
William Astor, décembre 2002
Traduction française :
Alice Maurisot, le 2 décembre 2003

 

Introduction

Je m'émerveille toujours devant les oiseaux qui volent dans la nature : ils ont toujours l'air si bien portant, actifs, avec un plumage bien serré. Il y a plusieurs années, lorsque j'ai débuté dans l'élevage du Diamant de Gould, mes oiseaux se tenaient en boule trop souvent à mon goût. Pourquoi les oiseaux sauvages semblent-ils en si bonne santé, alors que les oiseaux captifs tombent malades si facilement ? Cela est resté un mystère pour moi pendant longtemps. Des analyses bactériologiques pratiquées sur les déjections de mes oiseaux malades ont révélé qu'ils souffraient d'une infection bactérienne. Mais dans ce cas, me suis-je dit, pourquoi les oiseaux sauvages n'attrapent-ils pas d'infections eux aussi ? Après tout, il y a bien plus de bactéries pathogènes dans la nature.

oiseau.jpg

On pourrait répondre à cela que les oiseaux malades dans la nature meurent en général de leurs infections internes diverses, seuls les oiseaux au système immunitaire supérieur restant en vie, par sélection naturelle. Mais le nombre et la diversité énormes des organismes pathogènes auxquels les oiseaux sauvages sont exposés réfutent cette explication : si c'était le cas, le système immunitaire des oiseaux ne pourrait pas gérer tous les microbes et les oiseaux finiraient tous par mourir. Quelque chose dans la nature doit donc protéger les oiseaux sauvages des infections.

On découvre actuellement de plus en plus de preuves que les animaux dans la nature font usage de substances que nous ne classons pas parmi les aliments, et qui néanmoins sont vitales pour leur santé et leur bien-être. Je les appellerai dans cet article les alicaments et je développerai ultérieurement ce sujet.

Selon le Dr Cindy Engel, « l'automédication des animaux est l'utilisation de plantes, sols, insectes et champignons comme « médicaments » par de nombreuses espèces (oiseaux, insectes et mammifères), de façon à les immuniser contre des maladies futures (médecine préventive) et/ou les débarrasser de symptômes gênants (médecine curative ou thérapeutique). »

Il y a deux ans, j'ai donc eu l'idée de transformer une pièce inutilisée en pièce d'oiseaux volant librement, pour étudier le comportement de plusieurs espèces de passereaux granivores. Mais lorsque j'ai acquis les oiseaux, je me suis rendu compte que certains étaient souffrants et que d'autres tombaient malades à leur tour. Après un grand nombre d'essais et d'erreurs avec des plantes et des solutions antibactériennes, un déclic s'est produit lorsque j'ai envoyé des e-mails à Debbie Myers, éleveuse de Diamants de Gould dans l'Arizona, pour savoir quelle dose d'extrait de pépins de pamplemousse (un liquide antibactérien) elle utilisait pour soigner un oiseau malade. Elle m'a indiqué qu'elle était parvenue à soigner une femelle Diamant de Gould complètement en boule en lui donnant deux abreuvoirs, l'un contenant de l'extrait de pépins de pamplemousse et l'autre de l'eau pure. La femelle préférait boire la solution d'extrait de pépins de pamplemousse plutôt que l'eau pure. Elle m'a conseillé de faire de même avec mes oiseaux malades. J'ai distribué la solution d'extrait de pépins de pamplemousse avec différentes concentrations et j'ai trouvé par tâtonnements celle que les oiseaux préféraient. J'ai essayé également le même procédé avec une solution de vinaigre de cidre de pommes. Et j'ai commencé à distribuer des plantes médicinales dans un récipient séparé, au lieu de les mélanger à la pâtée, comme je faisais auparavant.

 

AUTOMÉDICATION POUR LES OISEAUX EXOTIQUES - SECONDE PARTIE
Texte original écrit par
William Astor, décembre 2002
Traduction française :
Alice Maurisot, le 30 décembre 2003

Alicaments

Voici une liste de divers types d'alicaments qui peuvent être donnés aux oiseaux, de manière facultative.

Alicaments antibactériens

Ce sont principalement des plantes qui détruisent les bactéries ou arrêtent leur développement, que ces bactéries soient pathogènes ou non. Certaines de ces plantes peuvent tuer des champignons, des levures ou des virus. Les meilleures semblent être l'extrait de pépins de pamplemousse, le vinaigre de cidre, l'ail, la sauge, le souci, le rudbeckia et l'armoise (Artemisia annua). Elles sont suivies par l'acacia, l'aloès, la cryptolepsis sanguinolente (Cryptolepsis sanguinolenta, plante produisant la quinine), l'eucalyptus, le gingembre, l'hydrastis (Hydrastis canadensis), le miel, le genièvre, la réglisse, la myrrhe, les feuilles d'olivier, le thym, le thuya, l'usnéa (lichen) et l'indigo sauvage.

RAPPELEZ-VOUS TOUJOURS

Que les plantes antibactériennes doivent être données de manière facultative aux oiseaux, dans des godets en plastique séparés, c'est-à-dire que les oiseaux doivent toujours avoir à leur disposition de l'eau fraîche dans un abreuvoir distinct, et on ne doit JAMAIS mélanger les plantes à la pâtée, sinon des oiseaux mourront vraisemblablement. Ceci reflète, en tout cas, ma propre expérience avec des oiseaux malades. Les oiseaux en bonne santé arrivent à s'en sortir d'une façon ou d'une autre, mais pas les malades.
L'extrait de pépins de pamplemousse et le vinaigre de cidre de pommes sont deux alicaments antibactériens que j'ai trouvés, à l'usage, excellents. Les oiseaux malades boivent spontanément beaucoup plus de solutions contenant des produits que les oiseaux en bonne santé.


L'extrait de pépins de pamplemousse
En expérimentant plusieurs dosages, j'ai observé que les oiseaux en bonne santé préfèrent boire une solution de 0,4 ml d'extrait de pépins de pamplemousse dans 100 ml d'eau, tandis que les oiseaux malades préfèrent une solution de 0,4 ml ou 0,7 ml dans 100 ml d'eau, suivant les espèces.

Le vinaigre de cidre

J'ai observé que les oiseaux en bonne santé préfèrent boire une solution de 0,6 ml de vinaigre de cidre dans 100 ml d'eau, tandis que les oiseaux malades préfèrent une solution de 12 ml de vinaigre de cidre dans 100 ml d'eau.

Pour mémoire, j'ai utilisé jusqu'ici l'extrait de pépins de pamplemousse, le vinaigre de cidre, les feuilles d'olivier, l'ail, la sauge, le souci, le rudbeckia, l'armoise, le thym et la réglisse.

Alicaments vermifuges

Les alicaments vermifuges sont principalement des plantes qui tuent les helminthes ou arrêtent leur développement, mais ils ne sont pas aussi efficaces que les vermifuges chimiques, par exemple le ronidazole, le praziquantel, la moxidectine, etc.

Quelques exemples d'alicaments vermifuges : la terre diatomée, la feuille d'olivier, l'armoise (Artemisia annua), la graine de courge, l'ail, le thym et le quassia ou bois amer (Quassia amara).

La terre diatomée est une fine poudre faite à partir des coquilles de créatures marines appelées diatomées. Elle est efficace contre les vers seulement par contact, et ne peut donc pas éliminer les acariens respiratoires, qui se logent dans les poumons. Elle est inefficace contre les vers du gésier, qui sont profondément enfoncés dans la paroi de l'intestin. Elle est inefficace contre les ténias, car ils enfouissent leur tête dans les parois de l'intestin et se nourrissent directement des tissus, donc leurs parties buccales ne sont jamais exposées.

Il faut utiliser seulement de la terre diatomée de qualité alimentaire, et pas celle qui est produite industriellement pour la filtration des piscines. La terre diatomée est une sorte de poussière très poudreuse, faites donc attention à ne pas faire de nuage de poussière en l'utilisant : ceci pourrait vous donner des irritations aux yeux et aux poumons. Rappelez-vous cependant que même la poussière de farine de froment peut irriter les yeux et les poumons si on en respire trop.

(Informations en français : http://jardinierauvergne.free.fr/rotenone.htm)


La graine de courge réduite en poudre est appréciée par la plupart des petits granivores. Elle agit contre les ténias et les ascarides.

L'armoise (Artemisia annua) est une plante puissante contre les infections parasitaires du tractus intestinal. Les expériences in vitro suggèrent que l'artémisine, produit actif de l'armoise, peut éliminer la malaria, d'autres parasites (protozoaires et vers) et des bactéries.

L'ail et le thym sont très bons pour expulser les ascarides et les ankylostomes.

Le quassia peut être préparé comme du thé, puis laissé refroidir. On peut l'utiliser de façon externe sur les oiseaux pour traiter les zones infestées par des poux avec un tampon de coton imbibé.

Pour mémoire, j'ai utilisé jusqu'ici la terre diatomée, l'armoise annuelle, la graine de courge et l'ail.

Alicaments antiprotozoaires

Les alicaments antiprotozoaires sont des plantes qui éliminent les protozoaires ou arrêtent leur développement. Exemples : l'armoise (Artemisia annua) et la feuille d'olivier. Je suis sûr qu'il existe de nombreux antiprotozoaires dans la nature, mais je ne les connais pas encore. Gardons à l'esprit que certains protozoaires parasites d'enfouissent profondément dans les tissus des intestins, donc l'armoise et la feuille d'olivier ne peuvent peut-être pas les éliminer d'un seul coup.

Alicaments adoucissants

Les alicaments adoucissants sont des plantes qui combattent la diarrhée et apaisent les muqueuses irritées. Ces plantes sont très appréciées des oiseaux qui ont mal à la gorge ou au ventre à cause de Trichomonas, de Candida, d'infections bactériennes, de coccidies, etc.

Exemples : feuille de mauve, orme rouge d'Amérique (Ulmus rubra), grande bardane (Arctium lappa), réglisse, graine de lin, le palmier nain ou chou palmiste (Serenoa serrulata), la consoude, le thym et la molène bouillon-blanc (Verbascum thapsus).

Pour mémoire, j'ai utilisé jusqu'ici l'orme rouge d'Amérique, la feuille de mauve, la réglisse et le thym.

Alicaments dépuratifs

Les alicaments dépuratifs sont des herbes qui éliminent les impuretés et nettoient le sang.

Le pissenlit, le mouron des oiseaux, le pau d'arco, le trèfle rouge, l'achillée millefeuille, le cresson, le chardon bénit (Cnicus benedictus), le sureau, le noyer noir d'Amérique (Juglans nigra), l'iris versicolore, la pensée, le nerprun, la grande bardane, la véronique de Virginie (Leptandra virginica), la Centella asiatica, le mahonia à feuille de houx (Mahonia aquifolium), la salsepareille (Smilax officinalis), la racine royale (Stinllingia sylvatica), l'oseille à feuilles crispées (Rumex crispus).

Je pense que les herbes dépuratives sont nécessaires après tout traitement vétérinaire, car les médicaments classiques produisent beaucoup de poison dans le sang et il est facile de savoir quand cela arrive, car des urates blancs en quantité excessive apparaissent dans les déjections après des traitements répétitifs ou à forte dose, notamment avec le ronidazole.

Alicaments amers

Les alicaments amers sont des plantes au goût amer qui contiennent dans leurs feuilles ou leur racine des composants amers, qui stimulent la digestion et sont des laxatifs doux. Ces substances amères accroissent également la production de bile dans la vésicule biliaire et le flux de bile du foie. Pour cette raison, des plantes amères sont à recommander pour ceux qui ont un fonctionnement hépatique lent en raison d'une alimentation pauvre, ce qui est le cas des oiseaux captifs, même si nous pensons leur donner la meilleure nourriture possible. L'accroissement du flux biliaire peut améliorer le métabolisme des graisses dans le corps.

Exemples : l'épine-vinette (Berberis), le chardon bénit (Cnicus benedictus), le nerprun, la camomille, le pissenlit, l'hydrastis (Hydrastis canadensis), l'osha (Ligusticum porterii), le quassia ou bois amer (Quassia amara) et l'armoise (Artemisia annua).

Pour mémoire, j'ai utilisé jusqu'ici l'épine-vinette, la camomille, le pissenlit et l'armoise.

Alicaments hépatiques

Les alicaments hépatiques sont des plantes qui renforcent et adoucissent le foie tout en stimulant le flux biliaire. Beaucoup d'oiseaux souffrent de problèmes de foie car leur régime alimentaire est souvent inadéquat, comparé à ce qu'ils apprécient dans la nature, qu'importe si NOUS pensons que la nourriture que nous leur donnons est excellente.

Exemples de plantes hépatiques : artichaut, épine-vinette (Berberis), iris versicolore, nerprun, céleri, gaillet gratteron (Galium aparine), hydrastis (Hydrastis canadensis), racine de pissenlit, fenouil, arbre de neige (Chionanthus virginicus), hydrastis (Hydrastis canadensis), chardon marie, agripaume (Leonurus cardiaca), mahonia à feuilles de houx, raisin d'Amérique (Phytolacca americana), clavalier (Zanthoxylum americanum), fusain noir pourpré (Euonymus atropurpureus), indigo sauvage, igname de Chine sauvage, armoise et achillée millefeuille.

Le chardon marie est de loin la plante hépatique la plus efficace, ses vertus de régénération du foie (entre autres) ont été scientifiquement prouvées. Ses graines sont trop grosses pour que les petits oiseaux puissent les décortiquer eux-mêmes, donc je les concasse dans un mixer avant de les leur donner, et mes oiseaux adorent cela.Un autre avantage du chardon marie est qu'il ne rancit pas car ce n'est pas une graine oléagineuse, comme le chènevis ou le tournesol. Ces deux graines rancissent après avoir été écrasées au mixer. J'aime également beaucoup le goût de noisette du chardon marie.

Pour mémoire, j'ai utilisé jusqu'ici le chardon marie, l'épine-vinette, l'armoise et l'achillée millefeuille.

Alicaments renforçant l'immunité

Les alicaments renforçant l'immunité sont principalement des végétaux de tous les jours comme la laitue, le brocoli, le chou-fleur, le chou de Bruxelles, le chou vert, le chou frisé et le poireau. Ils incluent aussi des plantes comme l'astragale, l'épine-vinette, le trèfle rouge, le rudbeckia, l'ail, les champignons shiitake, le Ginkgo biloba, le ginseng panax et de Sibérie, les champignons rishi, le chardon marie, l'écorce de pin.

Broyez les légumes frais crus dans un mixer jusqu'à ce qu'ils soient réduits en purée. Vous pouvez alors les mélanger à un aliment que vos oiseaux apprécient, par exemple des vers de farine, de l'œuf dur écrasé ou des graines trempées. Christine Kumar m'a dit de présenter les graines trempées en couche aussi fine que possible dans un plat propre. Étaler les graines trempées ou l'œuf dur écrasé dans un plat propre de cette manière empêche la nourriture de tourner. Elle ne fait que sécher. Alors que si vous l'entassez en couche épaisse dans un godet profond, vous allez sentir une mauvaise odeur en un rien de temps, à cause de l'activité bactérienne.

Les baies de sureau renforcent également le système immunitaire et sont spécialement recommandés par Frank Woolham, un expert britannique qui m'a indiqué que de toutes les baies sauvages qui poussent en Grande-Bretagne, ce sont les baies de sureau que les oiseaux de cage préfèrent. Il a détenu de nombreuses espèces d'oiseaux au cours de sa vie. J'achète des baies de sureau séchées et je les écrase dans mon moulin à café pour les donner aux oiseaux.

La spiruline est une algue comestible vert bleu qui se présente comme une poudre de la même couleur. Charlie Loukeris m'a dit que depuis qu'il donne de la spiruline à ses Chardonnerets élégants, ils ont un beau masque rouge, alors que normalement, gardés à l'intérieur, leur masque est seulement orange. De nombreuses études scientifiques montrent que la spiruline semble avoir un effet stimulant du système immunitaire et des propriétés de protecteur hépatique.

Pour mémoire, j'ai essayé jusqu'ici les baies de sureau, la spiruline, le chou frisé, l'ail, le rudbeckia et le trèfle rouge.

Alicaments inorganiques

Les alicaments inorganiques fournissent des oligo-éléments. Une chose importante au sujet de ces derniers : seulement 10% des oligo-éléments absorbés sont assimilés par le corps, mais quand ils sont combinés à des acides aminés, par un processus appelé chélation, l'administration de ces minéraux chélatés est 3 à 5 fois plus efficace.

Certains alicaments inorganiques ont un effet détoxifiant. Un aspect des maladies est la production de toxines par les bactéries pathogènes et les virus. Les toxines augmentent la douleur, par exemple celle que l'on ressent quand on a des maux d'estomac. L'argile et le charbon emportent les toxines avec eux et de ce fait, diminuent les effets des toxines sur les oiseaux.

Le sol n'est pas strictement inorganique car il contient de l'humus et des microorganismes, mais je le classerai dans ce paragraphe par commodité.

La terre contient des oligo-éléments, de l'argile, des probiotiques et des substances INCROYABLEMENT bactériostatiques et bactéricides, produites par un groupe de bactéries appelées Actinomyces qui demeurent dans le sol. J'ai donné à mes petits passereaux de différentes espèces de la terre brune séchée et tamisée depuis environ un an et je suis toujours stupéfait qu'ils l'apprécient autant. De même que pour les autres alicaments que j'utilise, les oiseaux malades consomment plus de terre que ceux qui sont bien portants. J'ai également observé de nombreux oiseaux sauvages en train de manger ou de fouiller la terre, notamment des pinsons des arbres, des bergeronnettes et des étourneaux sansonnets. Il semble vraiment que la terre est la boîte à pharmacie personnelle de la nature !

Les oligo-éléments ont une importance capitale pour garder les animaux en bonne santé. Ils sont essentiels aux réactions chimiques qui se passent dans le corps (le métabolisme). Des enzymes, cruciales pour ces réactions, ont besoin de certains minéraux pour se former. Les minéraux sont cruciaux pour la transmission du courant électrique à travers le corps pour que le système nerveux fonctionne et que les muscles puissent bouger.

Par exemple, l'un de ces oligo-éléments est l'arsenic. Il a été prouvé que l'arsenic stimule la croissance et la production des œufs, de même qu'il contrôle la prolifération des coccidies dans les élevages de poulets en batterie. Des animaux comme les chèvres, les moutons, les vaches et les antilopes ont été observés en train de paître sélectivement du fourrage contaminé à l'arsenic. Les plumes des oiseaux contiennent de l'arsenic, ce qui indique qu'il est nécessaire à leur formation. Il apparaît que la terre normale contient jusqu'à 40 parts d'arsenic pour un million (40 ppm). Comparé aux 2,6 à 9,1 ppm présentes dans la farine de poisson, aux 1,5 à 4,1 ppm présentes dans la morue et à moins de 0,5 ppm présente dans la plupart des fruits, des légumes, des céréales, des viandes et des produits laitiers , cela signifie que le sol est très riche en arsenic.
[Note : ppm signifie « parts par million » : 1 ppm correspond à 1 milligramme par litre.]

L'argile est un agent liant efficace, car sa structure chimique permet à d'autres produits de se combiner à elle et de perdre leur réactivité. L'argile est un efficace désactivateur des toxines contenues dans la nourriture ingérée ou produites par les bactéries pathogènes dans le tube digestif. Elle est consommée par beaucoup de perroquets et d'animaux d'Amazonie, pour contrer les toxines contenues dans les feuilles de plantes, noix ou baies qu'ils doivent manger.

Les probiotiques

Les habitants habituels qui prédominent dans le jabot, le cloaque, la peau et le système respiratoire des oiseaux cliniquement sains sont des bactéries gram-positives qui peuvent inclure des Lactobacillus, Bacillus, Clostridium, Corynebacterium, Staphylococcus, Streptococcus et Enterococcus. Il me semble, après diverses observations, que toutes les espèces de passereaux n'ont pas les mêmes bactéries gram-positives dans leur tube digestif, mais elles ont le même effet chez toutes les espèces, à savoir la digestion correcte de la nourriture. Parmi ces bactéries gram-positives, de nombreuses espèces de Bacillus et Clostridium sont communément trouvées dans la terre.

Tous les animaux sauvages ont besoin de substances bactériostatiques et bactéricides pour arrêter la croissance des nombreux organismes pathogènes qu'ils ingèrent, ou carrément pour les éliminer. Sinon, leur système immunitaire serait dépassé en très peu de temps.

Pour ramasser de la terre, je prends un seau, une spatule pour décoller le papier peint, et un tamis en plastique de 20 cm de diamètre, avec des trous carrés de 5 mm de côté. J'essaie de choisir un endroit où les gens ne promènent pas leurs chiens, et qui ne présente pas de signe d'activité humaine, ce qui pourrait indiquer la présence de pesticides ou d'herbicides dans le sol. Tout d'abord, je délimite un carré de 30 cm de côté sur le sol. J'enlève toutes les touffes d'herbe et autres feuilles sèches à la surface. Ensuite, je laboure ce carré de terre avec la spatule jusqu'à ce que la terre soit agréable et friable, et je retire les grosses pierres. Puis je dépose une pelletée de cette terre brune dans mon tamis. Je secoue doucement pour que de petites particules de terre se déposent dans le seau. Un seau de terre dure plusieurs mois. Je ne vous conseille pas de mettre cette terre dans un récipient avec un couvercle bien hermétique, sinon de la moisissure peut apparaître. Je couvre le seau avec un couvercle, mais je laisse un espace pour que l'air puisse circuler. Je TESTE toujours une nouvelle terre que je rapporte sur un ou deux oiseaux pendant au moins une semaine,, avant d'en donner au reste de mon élevage. Ceci est très important, car les pesticides ou les produits industriels peuvent contaminer de petites zones. C'est la même chose lorsque l'on cueille des herbes sauvages. Un éleveur de longue date a écrit qu'il a ramassé des herbes sauvages pour ses Chardonnerets élégants pendant des années au même endroit sans problème puis un jour, tous ses oiseaux sont morts après avoir consommé des herbes qu'il venait de cueillir à ce même endroit. Il s'est avéré que des agriculteurs avaient pulvérisé les environs avec un insecticide ! On n'est jamais trop prudent.

La terre passée au four est sans intérêt. Les oiseaux sauvages n'en mangent pas. Ne mélangez la terre avec rien d'autre. Mettez-la dans un récipient en plastique pour la distribuer aux oiseaux. Conservez-la dans un récipient en plastique, mais couvrez celui-ci avec un linge propre en coton pour que la terre puisse respirer.


Le charbondésactive les toxines contenues dans la nourriture ou les toxines produites par des bactéries pathogènes dans le tube digestif. Je l'écrase au moulin à café et mes oiseaux l'adorent. Curieusement, j'ai découvert que les oiseaux semblent ne pas toucher aux granules de charbon. En poudre, ils l'essaient tout de suite !

Les coquilles d'œufs

De toutes les sources de calcium, c'est celle que mes oiseaux préfèrent. Avant de découvrir les coquilles d'œufs, je donnais de l'os de seiche. Un jour, j'ai jeté une coquille d'œuf dans la volière en passant. Les oiseaux se sont littéralement grimpés dessus pour pouvoir en manger ! J'ai reculé en riant intérieurement, car je ne m'attendais vraiment pas à ce qu'une banale coquille d'œuf déclenche une telle réaction.

Et dire que je pensais que l'os de seiche était la meilleure source de calcium ! Ces oiseaux ont réagi comme le ferait un homme assoiffé dans le désert à qui l'on donnerait un verre d'eau propre ! Je ne les ai jamais vus faire cela avec une autre source de calcium.


Le grit de coquille d'huître

Tous mes granivores l'adorent.

On peut aussi donner de la poudre de minéraux pour bétail ou toute poudre de minéraux pour oiseaux contenant calcium, phosphore, magnésium, sodium, manganèse, cuivre, zinc, sélénium, iode et cobalt.

La terre diatomée est extrêmement riche en oligo-éléments parce qu'elle est faite de squelettes de diatomées fossilisés. J'ai lu plusieurs fois que les animaux qui en recevaient avaient une fourrure ou un plumage plus brillant.


Alicaments, antibiotiques et vermifuges

Si vous avez un perroquet de grande longévité qui est assuré, il est facile d'aller voir un vétérinaire spécialiste des perroquets. Mais pour la plupart des gens, ce n'est pas aussi pratique pour les petits exotiques. Lorsque j'achète de petits passereaux, je les garde en quarantaine pendant 3 mois. J'ai besoin d'antibiotiques et de vermifuges bien dosés pour réduire la quantité de pathogènes dans l'organisme des oiseaux. J'ai observé jusqu'ici que si les oiseaux attrapent des microbes en dehors de leur tractus gastro-intestinal, les alicaments que j'utilise ne les guérissent pas complètement.

Souvent, les oiseaux ignorent la plupart des alicaments que j'ai mentionnés ou en consomment très peu, et se focalisent seulement sur quelques-uns. Cependant, quand le besoin se fait sentir, ils se mettent à en consommer. Les oiseaux qui vivent librement dans ma chambre d'oiseaux le font et restent en bonne santé. Ils sont parfois ébouriffés, mais ils retrouvent une belle allure quelques jours après. Il est préférable d'inscrire ses observations dans un journal, sinon on risque d'oublier des trouvailles utiles, comme, par exemple, les plantes qui sont consommées par certaines espèces d'oiseaux, malades ou sains. Je vous encourage à écrire des articles sur vos découvertes, car cela pourrait aussi être important pour résoudre des problèmes de santé chez les humains.

Je voudrais attirer votre attention sur deux faits provenant de cultures très différentes.

Les commerces animaliers belges, allemands et britanniques vendent désormais des produits à base de plantes destinés à supprimer les bactéries, les champignons, les coccidies et les vers chez les oiseaux, ou à favoriser nutritionnellement le développement des bactéries gram-positives dans le tube digestif des oiseaux.

Des données sur les centenaires vivant en Azerbaïdjan, en Asie centrale, confirment pour moi l'importance de proposer en permanence à nos passereaux granivores des boissons acides facultatives, des probiotiques dérivés des oiseaux, et des plantes médicinales.

Fait étonnant, il existe des milliers de centenaires en Azerbaïdjan qui restent en forme jusqu'au dernier jour. Ils ne deviennent pas des invalides grabataires comme nous avons l'habitude d'en voir dans les services gériatriques en Occident. Que mangent-ils ? Du yaourt aigre et de l'ail, quotidiennement. Le yaourt aigre contient, évidemment, des probiotiques et des acides faibles. L'ail est une plante qui stimule la santé dans son ensemble. J'ai moi-même mis en pratique ces connaissances dans mon propre régime alimentaire.

 

Conclusion

Quand on élève des petits granivores, l'aide du vétérinaire n'est pas aussi évidente qu'avec un grand perroquet. Quand j'achète des oiseaux, la moitié d'entre eux tombe malade, et j'ai constaté que les plantes ne pouvaient pas les sauver. Mais les antibiotiques et les médicaments contre les protozoaires sont efficaces pour les guérir. En effet, les plantes se mettent à agir très lentement, comparé aux médicaments chimiques.

Mais par la suite, avec l'aide des probiotiques naturels que l'on trouve dans les insectes, la verdure, les graines en épis et mes alicaments, les oiseaux restent généralement en forme.

Si une maladie les frappe à nouveau, c'est dû cette fois-ci à un problème d'hygiène de l'eau et j'ai remarqué que les Trichomonas, protozoaires parasites transportés par l'eau, sont les germes pathogènes les plus difficiles à gérer. J'insiste sur le fait qu'une bonne hygiène de l'eau est ESSENTIELLE pour garder des oiseaux en bonne santé. Tout récipient contenant de l'eau doit être remplacé après quelques jours par un autre soigneusement lavé, rincé et trempé une nuit dans une solution d'eau de javel peu concentrée, pour éradiquer les germes pathogènes. J'insiste également sur le fait que la possibilité de se baigner est ESSENTIELLE pour garder des oiseaux non seulement beaux, mais aussi psychologiquement heureux.

Malheureusement, je ne sais pas si ce que j'écris ici s'applique aux becs crochus. Je peux seulement transmettre ce que j'ai trouvé avec des passereaux d'une vingtaine d'espèces différentes, provenant du monde entier, aussi bien des oiseaux de capture que des oiseaux d'élevage. J'adore les petits passereaux. Ils sont tellement mignons. :)

Je remercie spécialement Debbie Myers, éleveuse de Diamants de Gould en Arizona, qui m'a donné l'indice vital de donner l'extrait de pépins de pamplemousse comme une boisson facultative, donc de laisser les oiseaux décider eux-mêmes de la quantité de solution antibactérienne nécessaire pour se soigner. J'ai ensuite étendu ce principe à tous les alicaments que j'utilise aujourd'hui.

COPYRIGHT. Tous droits réservés.
Cet article a été publié pour la première fois sur Internet sur le site Holistbird.com, dans la section « Fichiers », lundi 16 décembre 2002, et ceci a été attesté dans le message n° 19210.

 

Source : http://bestofpiafs.free.fr/bestof/A9f.php

 

 

3a49898e.gif

 

 

18:46 Écrit par Martine dans Santé | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer

Commentaires

Bonsoir, j'ai lu avec beaucoup de plaisir votre documentaire très riches en savoir et en expériences.
je vous en remercie et je vais essayer dans un bon usage avec mes petits protégés.
cordialement
jt

Écrit par : touguet | 26/03/2012

Répondre à ce commentaire

Bonsoir,

Merci beaucoup pour votre commentaire, c'est très gentil et cela me fait très plaisir.

Cordialement, Martine.

Écrit par : Martine | 30/03/2012

Répondre à ce commentaire

bsr, je vous félicite pour ce trés bon article et pour ta gentillesse pour partager ton savoir faire dans le domaine
merci

Écrit par : pedro | 30/05/2012

Répondre à ce commentaire

Merci ! votre article est très intérressant et j ai appris pleins de choses que je vais utiliser avec mes pioux

Écrit par : Sylvie | 03/02/2013

Répondre à ce commentaire

Je ne connaissais pas ton blog mais je le trouve très intéressant, je l'ai mis dans mes favoris

Écrit par : toutenbio | 11/09/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.